Interview : Floriane Derain, directrice de collection du Bosquet Féérique.

Bonjour Floriane, à la veille d’une sortie d’importance pour les Lutins de Kelach, je viens à toi pour que nos lecteurs puissent faire plus ample connaissance avec toi. Peux-tu te présenter en quelques mots ?


Bonjour, avec plaisir. Je m’appelle Floriane Derain, j’ai 32 ans, je suis autrice de poésie et de nouvelles en dilettante depuis l’adolescence. Ma dernière publication en date s’intitule Fantôme dans la machine, une nouvelle Steampunk parue dans l’anthologie Nutty Ghosts des éditions Nutty Sheep. Quant à la prochaine, elle est pour très bientôt puisque je suis lauréate du concours « Émergences 2 », organisé par la Charte des auteurs et des illustrateurs pour la jeunesse.

Tu es donc la directrice attitrée depuis quelques mois de le collection Bosquet Féérique*, notre collection pour la jeunesse. Peux-tu nous résumer ton rôle ?

Mon rôle est surtout tourné vers les auteur·ice·s, depuis la sélection des manuscrits jusqu’aux corrections éditoriales. Je me vois un peu comme une chercheuse de diamant en quête de la pierre brute dont je pourrais révéler tout le potentiel et la beauté. Je dois aussi veiller au respect de la ligne éditoriale de la collection voire de l’orienter par mes choix éditoriaux.

Je rappelle que tu es aussi la correctrice en chef de cette collection jeunesse*. Qu’est-ce qui te séduit dans cette quête de textes pour les 5-12 ans et donc dans la littérature jeunesse ?

Je crois que la littérature jeunesse est avant tout une littérature de plaisir et d’évasion. C’est en tout cas comme ça que je la vis. Chez les plus jeunes, il n’y a pas ce besoin de « suspension consentie de l’incrédulité », ou en tout cas beaucoup moins que dans la littérature pour adultes. De ce fait, les récits se permettent souvent plus de liberté pour aller chatouiller l’imagination et la reflexion du lecteur, et c’est ce qui me plaît.

Parlons un peu de cette très belle parution, L’Ingénieur de Noël, écrit par Tiphaine Levillain et illustré par ChaBard (que j’aurai aussi le plaisir d’interviewer très prochainement). Peux-tu nous en donner un très court teasing ?

Il s’agit de l’histoire d’un gobelin, nommé Oblio, qui se trouve être un inventeur de génie au service du Père Noël et de ses lutins. Alors que d’habitude, il arrive à bout de n’importe quel problème, cette année, la nouvelle machine qu’il doit fabriquer pour le Père Noël lui donne bien du fil à retordre. Heureusement, il va pouvoir compter sur de nouveaux amis, un peu d’aventure et beaucoup de bienveillance pour tenter de sauver Noël !

Est-ce sa forme de livre de l’avent, ses personnages, ses illustrations ou tout simplement son histoire qui te charme ?

Je dirais tout d’abord le fond, c’est à dire son histoire et ses personnages. Tiphaine a su créer un récit enchanteur et une vraie personnalité à chacun de ses personnages. C’est une histoire qui se dévoile au rythme d’un chapitre par soir, à la manière d’un calendrier de l’avent, et ça risque d’être dur pour les enfants de patienter jusqu’au lendemain, tant elle est prenante.

Et comme un bijou ne va pas sans son écrin, ChaBard est venu sublimer le tout de ses illustrations. Elles sont modernes, colorées, avec une touche d’originalité qui les rend uniques et indipensables pour savourer l’ouvrage. C’est un vrai bonheur de voir les personnages prendre vie au fil des pages.

Si L’Ingénieur de Noël est notre publication forte de ce dernier trimestre 2019, le Bosquet Féérique ne s’arrête pas là. Un appel à textes permanent existe, mais tu es toujours à la recherche de la perle rare. Peux-tu, ici, nous dire ce que tu souhaiterais plus particulièrement lire : tranche d’âges, sujet, univers et atmosphère ?

Au niveau de ce que je recherche actuellement, j’aimerais bien sortir un ouvrage pour les 12 ans et plus, quelque chose d’entraînant et de bien rythmé, qui soit plutôt de la SF ou de la fantasy (pas de fantastique).

Comme toujours, je vais te laisser le dernier mot, mais avant, je voudrais te dire que les Lutins de Kelach sont ravis de te compter parmi eux. Encore une fois « Bienvenue ». À présent, à toi le mot de la fin :

Eh bien merci ! Pour l’accueil et pour cette interview. J’espère qu’elle aura donné envie aux lecteur·rice·s de se procurer L’Ingénieur de Noël, ainsi que de me faire parvenir leurs manuscrits.

*En dehors des tomes précédemment publiés et de la série des Contes des 2 Comtés.

Liker et partager
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *