Les Contes de l’Arc-en-Ciel

Bientôt disponible aussi en numérique dans sa version corrigée, découvrez ci-dessous, un extrait des Contes de l’arc-en-ciel, collection Contes des Deux Comtés.
Vous y retrouverez la princesse Chrysanthème à la fin de son règne.

L’anniversaire de Chrysanthème

Les mois passaient. Il faisait bon vivre au comté du Jour et surtout au sein du château des Fins Heureuses. Même si le Néant avait grignoté quelques pauvres morceaux du territoire, il avait bien reculé lors de la venue d’Arek ainsi qu’au moment de sa transformation en oiseau aux couleurs de l’arc-en-ciel, et surtout parce que la très chère reine Chrysanthème avait gagné en joie et en tranquillité. Elle avait grandi. Elle voulait s’instruire, combattre et surtout aimer.

La tristesse de son cœur n’apparaissait que de façon ponctuelle dans ses yeux. Son anniversaire approchait. Pour le célébrer, la Fée Line eut l’idée d’inviter un petit lecteur. Cela pourrait rappeler à la reine son enfance avec son père, le Roi Conteur. De plus, cet enfant pourrait à son tour conter des histoires à tout son peuple de créatures fabuleuses. Cela devait se dérouler secrètement, à l’insu de Chrysanthème et surtout d’Ombre qui, un peu jaloux, ne pourrait acquiescer à l’idée. Seul Ouf avait été mis au courant. Toujours vêtu de son costume aux rayures bleues et blanches, son air calme et paisible cachait une grande excitation intérieure, en vue de la surprise qui se préparait. Alors, la métamorphe chat réfléchit, alla dans le monde des Hommes et observa discrètement les jeunes filles pendant plusieurs jours. Parfois même, grâce à la magie, la Fée Line espionnait le monde des humains, sans s’y rendre, à travers une flaque d’eau. En effet, la Grande Fée lui avait appris ce tour magique : en soufflant sur un point d’eau et en pensant fortement à un endroit précis, ce dernier apparaissait à la surface. Elle surveillait et concentrait ses recherches sur la ville de Paris. Elle avait entendu par le vieux mage que c’était la ville des lumières et des Lumières, où la littérature faisait partie de la vie des petits et des grands, des hommes et des femmes depuis des siècles. Elle se posa diverses questions :

— Comment vais-je faire pour trouver une petite fille qui dévore des histoires ? Y en existe-t-il encore de nos jours au pays des Hommes ?

(…)

— Je m’appelle Aria, bel oiseau ! Que tu es beau et majestueux ! Et toi, comment te nommes-tu ?

— Je suis Arek, l’oiseau aux couleurs de l’arc-en-ciel, dit-il en paradant la tête haute et en écartant ses plumes tel un paon faisant la roue, sous les yeux émerveillés d’Aria. Je suis le gardien du temple de la Lumière, temple consacré à notre reine, Chrysanthème. Je te demanderai alors de ne pas y rester, s’il te plaît, dit-il.

— C’est bon, Arek, intervint la Fée Line, laisse-la tranquille. Aria fait partie des cadeaux pour l’anniversaire. Je suis obligée de la garder ici ou dans la forêt des Trolls afin de conserver la surprise intacte jusqu’au jour tant attendu. Peux-tu faire une petite concession pour elle, s’il te plaît ? Et surtout ne rien dire à Chrysanthème…

Un silence s’installa. Arek tourna autour de la jeune fille, quelque peu intimidée. Elle ne bougea pas d’un poil, en serrant son livre bien fort dans ses bras.

— Qu’est-ce que c’est ? dit-il en le pointant de son long bec.

— C’est un recueil de contes fantastiques arméniens que je chéris et que je compte lire à Chrysanthème pour apaiser sa tristesse, répondit Aria avec aplomb.

(…)

Illustration de Niko

Un roman jeunesse de la série des Contes des Deux Comtés, à retrouver sur notre site et notre boutique : Editions Kelach.

Liker et partager
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *