Dédicace de C. Fayet-Charra le samedi 16 novembre

Ce week-end, si une partie des lutins se trouveront à Fantasy en Beaujolais, vous pourrez aussi découvrir notre autrice Corinne Fayet-Charra en Charente, plus précisément à Soyaux (tout proche d’Angoulême).

Elle sera reçu au sein de la très belle boutique « Artisanal Galerie » qui se trouve dans la galerie marchande de Carrefour.

De 10h00 à 19h00, notre sympathique autrice vous fera découvrir 2 facettes de ses écrits :
D’une part « Les signes de la vie » ou la reconquête par Line d’une vie amoureuse après une rupture compliquée.
D’autre part « Les contes de Big et Bang« , un récit jeunesse (dès 8 ans) ou les turpitudes et jalousies de deux jumeaux au sein du royaume fantastique de l’île des 2 Comtés.

Retrouvez toutes nos publications sur notre site : Editions Kelach.

Liker et partager
error

[Interview] Tiphaine Levillain, autrice de L’Ingénieur de Noël

Bonjour Tiphaine. Tu es l’autrice de ce merveilleux livre de l’avent qu’est L’Ingénieur de Noël. Mais avant de parler d’Oblio et de Pilila, peux-tu nous parler un peu de toi ? Qui es-tu et quels sont tes ouvrages antérieurs les plus notables ?

Bonjour ! Je pense pouvoir me définir comme une artiste pluridisciplinaire (art de rue, création de costumes, de décors, événementiel…) qui se passionne pour les histoires. Depuis toujours, tout ce que je fais à pour but d’en raconter, d’une façon ou d’une autre, et l’écriture est mon activité principale pour ça.

Côté édition, L’Ingénieur de Noël est l’un de mes premiers livres, avec Voyage en terres sauvages et Panique au Muséum (qui n’est pas encore sorti), qui mettent en scène deux lutins, deux personnages récurrents dans mes histoires, une exploratrice pour le premier et un détective pour le second.

Pourquoi as-tu choisi de t’orienter vers la littérature jeunesse ?

Quand j’ai écrit L’Ingénieur de Noël, je l’ai plutôt abordé comme un ouvrage convenant à tous les âges et donc devant être accessible aux plus jeunes.

Mais au-delà de ça, je m’intéresse de plus en plus à la littérature jeunesse depuis que je suis tombée enceinte et que j’ai commencé à me questionner, et surtout, à découvrir que les histoires que nous lisons enfants influencent notre vision du monde bien plus qu’on ne l’imagine.
Je me suis ainsi découvert une très forte envie d’écrire des histoires pour les plus jeunes, pour transmettre des valeurs qui me semblent essentielles, grâce à des histoires douces et/ou poétiques.

Question complexe : quelle a été ta source d’inspiration pour L’Ingénieur de Noël ?

L’esprit de Noël, tel que je le conçois depuis des années.
J’ai toujours aimé cette période de l’année, et j’ai essayé de transmettre cette magie dans mon histoire. Il y a aussi un brin de chamanisme, et des concepts et valeurs sur lesquelles je me suis énormément questionnée au cours des mois précédents l’écriture.

Pourquoi ce choix d’un livre de l’avent qui peut également se lire autrement ou en dehors de la période de Noël ?

Quand j’étais petite, j’avais beaucoup de livres de contes et de livres d’histoires. J’en avais un qui proposait 365 courtes histoires, pour en lire une tous les soirs pendant un an (j’en lisais bien plus qu’une chaque soir). J’aime ce concept, et j’aime Noël, et… Voilà !

Rentrons dans l’histoire à présent. Quelle est-elle ?

Oblio est le seul gobelin vivant au village du Père Noël, en Laponie. C’est un petit génie qui invente de nombreuses machines pour faciliter le travail des lutins. Cette année, le Père Noël lui a confié une tâche particulièrement ardue, et il ne sait pas par quel bout la prendre. Il va donc demander de l’aide aux lutins…

Ton duo, Oblio et Pilila, est vraiment craquant (j’aime particulièrement l’explication de la beauté du nom de la lutine). Une lutine du Père Noël cela se conçoit bien, mais pourquoi avoir choisi un gobelin comme héros ?

Parce que c’est différent d’un lutin. Aussi incongru que cela puisse paraître, il est à sa place. Et c’est très bien comme ça, et c’est un premier message implicite !

Le Père Noël n’est qu’un figurant dans l’histoire. Pourquoi ce choix ?

Je me suis beaucoup questionné sur la pertinence de proposer une histoire avec le Père Noël dedans, sachant que je ne compte pas faire en sorte que mon fils y croit.

Par contre, je lui raconterai les histoires et légendes de Noël, et le Père Noël en fera partie. Du coup, pour L’Ingénieur de Noël, je ne voulais pas du Père Noël comme personnage principal. Et aussi, il est plus facile pour un enfant de s’identifier à Oblio ou Pilila qu’au Père Noël.

As-tu un personnage autre que les deux principaux que tu aimes particulièrement et pourquoi ?

J’aime bien Toltam, principalement pour le message qu’il véhicule lors de sa première apparition. Je n’ai pas envie, et j’ai le droit, et c’est OK. Je considère que c’est un message très important. Enfant, on intègre que même si on ne veut pas, on doit le faire si un adulte le demande, et, malheureusement, une fois à l’âge adulte, c’est toujours bien ancré en nous. Alors, enfant ou adulte, on a le droit de ne pas vouloir, et c’est OK.

Les dessins de ChaBarb sont comme toujours magnifiques. Comment s’est déroulé le travail avec lui ?

On a d’abord vu ensemble si j’avais des idées ou envies précises pour certaines illustrations, puis je lui ai laissé le champ libre. J’ai adoré découvrir comment lui voyait les choses.
En dehors de deux/trois illustrations et des tenues des personnages, c’est globalement ChaBarb qui a choisi à quoi ressembleraient les choses.

Ce livre est aussi ludique. Pour ma part, je le conçois plus comme une interaction possible parents-enfants durant l’avent avec 3 pages de lecture le soir. Partages-tu le même sentiment ?

Oui, c’est plus qu’une histoire à lire. Chaque jour, il y a le texte, le petit jeu, et puis une discussion possible autour des concepts et valeurs abordés dans le livre.

Selon moi, L’Ingénieur de Noël est un très beau conte de Noël qui mérite quelques superlatifs. Et je dois dire que toute l’équipe, Vendarion, Floriane, ChaBarb et toi avez réalisé un très bel ouvrage. Tous nos lutins de Kelach s’associent à moi pour vous féliciter. Un dernier mot de ta part ?

Un grand merci à tout le monde, le travail a été très agréable, et j’ai hâte de tenir le livre entre mes mains. J’espère qu’il sera aussi plaisant à lire qu’il l’a été à écrire !

Pour découvrir et acquérir L’Ingénieur de Noël, rendez-vous sur notre boutique :

Liker et partager
error

[Extrait] L’Ingénieur de Noël

Venez découvrir les trois premiers chapitres de L’Ingénieur de Noël, un conte destiné aux 5 ans et plus.
Il vous conduira dans une quête menée par le gobelin Oblio et la lutine Pilila, ainsi que tous leurs amis. Ensemble, ils doivent trouver une solution pratique et écologique à la construction d’un nouveau traîneau pour le Père Noël. S’ils échouent, des enfants risques d’être déçus à Noël.

Un roman jeunesse à retrouver sur notre site : Les Editions Kelach.

Liker et partager
error

[Interview] ChaBarb, illustrateur de L’Ingénieur de Noël

Bonjour ChaBarb.

Bonjour Fred.

Il y a quelques années, nous nous sommes rencontrés au détour d’un salon (assez calme) par l’intermédiaire de Mestr Tom et depuis, nous travaillons ensemble sur une de mes séries. Aussi ça me fait étrange de t’appeler par ton pseudo et non ton prénom, mais bon.

Mon pseudo !  Un choix technique et protecteur. Il est très difficile d’écrire, voire de prononcer mon vrai nom de famille*, donc sûrement très difficile de me trouver sur internet. Simple et logique. Et pour protéger mes enfants, ma famille de mon travail, être plus libre de créer derrière un pseudo sans les retombées possibles.

*Je confirme. 😉

En introduction, je dirai donc que je connais la qualité de ton travail, tes multiples univers d’illustrateur, ta rapidité, ton sérieux et ton implication sur les projets auxquels tu participes.
Parlons de L’Ingénieur de Noël que tu as accepté d’illustrer pour les Lutins de Kelach. Qu’est-ce qui t’a séduit dans ce projet ?

Kelach Éditions est venue à ma rencontre pour illustrer le conte de Tiphaine. J’ai pris connaissance du texte et constat immédiat : c’est différent des références du genre, rafraîchissant, il y a de l’aventure et beaucoup de sentiments à partager.
Il ne me restait ensuite plus qu’à me mettre d’accord avec Kelach pour commencer le travail (et rêver de Noël en été).

Comment as-tu abordé les personnages ? L’autrice Tiphaine Levillain t’a-t-elle donné des consignes précises ou avais-tu un grand espace de liberté ?

Tiphaine m’a donné plusieurs pistes, des attentes, des références et sa vision. Ensuite nous avons échangé plusieurs croquis. Surtout pour les personnages principaux de l’aventure !

Comment s’est fait le choix des tons et des couleurs ? Une évidence ou as-tu tâtonné avant de trouver l’aspect qui convenait à Tiphaine et à toi ?

J’ai une palette variée et j’aime illustrer pour les autres.
Ici nous visions un public jeune, donc j’ai sorti la palette, dessin rond, simple, pour que l’enfant puisse lui aussi profiter, s’amuser (reproduire les images ou illustrer des scènes de l’histoire). Ainsi que la mise en couleurs, proche d’un rendu feutre / aquarelle / crayon de couleur. L’enfant (ou l’adulte) peut donc se faire plaisir.
(D’ailleurs le livre a entièrement était dessiné en noir et blanc et sera en principe diffusé pour que les enfants puissent, s’ils le souhaitent, simplement colorier une illustration de l’histoire).*
Les scènes sont choisies ici par l’auteur principalement, donc on tombe juste sur chaque représentation du jour / chapitre.
Mes propositions ont tout de suite plu à Tiphaine.

*Quelques illustrations à colorier vous seront offertes lors des dédicaces et salons,
et certaines seront disponibles ultérieurement sur le site Kelach.

Qui a eu l’idée du jeu intégré à l’histoire, c’est-à-dire retrouver les trèfles dans chaque image ? Un aspect ludique très appréciable, je trouve.

J’adore lire des histoires à mes enfants. Et nos livres contenant des jeux sont nos favoris ! Leur regard navigue dans l’illustration pendant que tu racontes l’histoire. L’idée a beaucoup plu à Tiphaine.  Ensuite, elle a trouvé un second jeu (je n’en dis pas plus, il vous faut lire l’histoire).

Pas trop de difficulté pour placer ces objets cachés ?

Certains éléments du jeu ont été difficiles à placer, surtout quand tu n’as qu’un personnage de présent. 🤣

Une question que l’on doit te poser fréquemment sur tes diverses créations. Dans l’univers de L’Ingénieur de Noël, quel est le personnage que tu as préféré dessiner ?

J’adore tous les personnages de l’histoire, ils sont attachants. Tiphaine pourrait développer une histoire pour chacun d’entre eux ! Faire un choix m’est donc impossible.

L’image ne sera totalement révélée que dans quelques jours !

Et ajoutons : quelle est l’illustration qui t’a donné le plus de mal ?

Je dirais sûrement le jour 2 ! Il faut découvrir Oblio, mais pas trop… et présenter ici sa timidité lors de sa première rencontre avec un autre personnage.

Parlons aussi de toi, car L’Ingénieur de Noël n’est qu’une facette de ton talent d’illustrateur, comme nous pouvons le voir sur ton site. Peux-tu en quelques mots (et quelques images) nous donner ici un aperçu de ta diversité créatrice ?

J’aime dessiner, illustrer !
Dessiner pour les enfants, les adultes, les passionnés, car les contraintes sont toujours différentes, les attentes, le style et j’essaie toujours de satisfaire la demande.
Une fois l’objectif de la demande atteinte, je peux avancer l’illustration et prendre plaisir grâce au retour et aux échanges avec le commanditaire.

Chabarb a, entre autres, participé aux couvertures des Contes des 2 Comtés
ou d’Orobolan chez Kelach.
C’est aussi l’illustrateur attitré des Aventuriers de Valloire.

Que préfères-tu faire ? T’atteler à une œuvre complète comme L’Ingénieur de Noël ou Le petit Garçon et la Fusée ? Travailler sur des couvertures ? Créer des affiches ?

Les 3 me plaisent, mais chacun à leur manière, car chaque œuvre laisse libre cours à mon imagination tout en ayant des règles, des contraintes et j’adore ça, c’est un challenge perpétuel.

Merci d’avoir participé à cette interview, ChaBarb.
Et puisque tu as choisi de me laisser le mot de la fin, j’invite les lecteurs à retrouver tout ton talent d’illustrateur sur ton site :

Liker et partager
error

[Interview] Floriane Derain, Directrice de collection du Bosquet Féérique

Bonjour Floriane, à la veille d’une sortie d’importance pour les Lutins de Kelach, je viens à toi pour que nos lecteurs puissent faire plus ample connaissance avec toi. Peux-tu te présenter en quelques mots ?


Bonjour, avec plaisir. Je m’appelle Floriane Derain, j’ai 32 ans, je suis autrice de poésie et de nouvelles en dilettante depuis l’adolescence. Ma dernière publication en date s’intitule « Fantôme dans la machine », une nouvelle Steampunk parue dans l’anthologie Nutty Ghosts aux Éditions Nutty Sheep. Quant à la prochaine, elle est pour très bientôt puisque je suis lauréate du concours Émergences 2 !, organisé par la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse.

Tu es donc la directrice attitrée depuis quelques mois de le collection Bosquet Féérique*, notre collection pour la jeunesse. Peux-tu nous résumer ton rôle ?

Mon rôle est surtout tourné vers les auteur·ice·s, depuis la sélection des manuscrits jusqu’aux corrections éditoriales. Je me vois un peu comme une chercheuse de diamant en quête de la pierre brute dont je pourrais révéler tout le potentiel. Je dois aussi veiller au respect de la ligne éditoriale de la collection voire de l’orienter par mes choix éditoriaux.

Je rappelle que tu es aussi la correctrice en chef de cette collection jeunesse*. Qu’est-ce qui te séduit dans cette quête de textes pour les 5-12 ans et donc dans la littérature jeunesse ?

Je crois que la littérature jeunesse est avant tout une littérature de plaisir et d’évasion. C’est en tout cas comme ça que je la vis. Chez les plus jeunes, il n’y a pas ce besoin de « suspension consentie de l’incrédulité », ou en tout cas beaucoup moins que dans la littérature pour adultes. De ce fait, les récits se permettent souvent plus de liberté pour aller chatouiller l’imagination et la réflexion du lecteur, et c’est ce qui me plaît.

Parlons un peu de cette très belle parution, L’Ingénieur de Noël, écrit par Tiphaine Levillain et illustré par ChaBard (que j’aurai aussi le plaisir d’interviewer très prochainement). Peux-tu nous en donner un très court teasing ?

Il s’agit de l’histoire d’un gobelin, nommé Oblio, qui se trouve être un inventeur de génie au service du Père Noël et de ses lutins. Alors que d’habitude, il arrive à bout de n’importe quel problème, cette année, la nouvelle machine qu’il doit fabriquer pour le Père Noël lui donne bien du fil à retordre. Heureusement, il va pouvoir compter sur de nouveaux amis, un peu d’aventure et beaucoup de bienveillance pour tenter de sauver Noël !

Est-ce sa forme de livre de l’avent, ses personnages, ses illustrations ou tout simplement son histoire qui te charme ?

Je dirais tout d’abord le fond, c’est à dire son histoire et ses personnages. Tiphaine a su créer un récit enchanteur et une vraie personnalité à chacun de ses personnages. C’est une histoire qui se dévoile au rythme d’un chapitre par soir, à la manière d’un calendrier de l’avent, et ça risque d’être dur pour les enfants de patienter jusqu’au lendemain, tant elle est prenante.

Et comme un bijou ne va pas sans son écrin, ChaBard est venu sublimer le tout de ses illustrations. Elles sont modernes, colorées, avec une touche d’originalité qui les rend uniques et indispensables pour savourer l’ouvrage. C’est un vrai bonheur de voir les personnages prendre vie au fil des pages.

Si L’Ingénieur de Noël est notre publication forte de ce dernier trimestre 2019, le Bosquet Féérique ne s’arrête pas là. Un appel à textes permanent existe, mais tu es toujours à la recherche de la perle rare. Peux-tu, ici, nous dire ce que tu souhaiterais plus particulièrement lire : tranche d’âges, sujet, univers et atmosphère ?

Au niveau de ce que je recherche actuellement, j’aimerais bien sortir un ouvrage pour les 12 ans et plus, quelque chose d’entraînant et de bien rythmé, qui soit plutôt de la SF ou de la fantasy (pas de fantastique).

Comme toujours, je vais te laisser le dernier mot, mais avant, je voudrais te dire que les Lutins de Kelach sont ravis de te compter parmi eux. Encore une fois « Bienvenue ». À présent, à toi le mot de la fin :

Eh bien merci ! Pour l’accueil et pour cette interview. J’espère qu’elle aura donné envie aux lecteur·rice·s de se procurer L’Ingénieur de Noël, ainsi que de me faire parvenir leurs manuscrits.

*En dehors des tomes précédemment publiés et de la série des Contes des 2 Comtés.

Liker et partager
error

[Annonce] Séance de dédicaces à Chasseneuil

Dimanche 29 septembre,
vous aurez le plaisir de retrouver
Corinne Fayet-Charra
au
Salon du Livre et de la Plume.

Celui-ci se tiendra à la salle des fêtes de
Chasseneuil sur Bonnieure (16)
de 10h à 18h.

Notre autrice vous dédicacera son roman
Les Signes de la vie
ainsi que son roman jeunesse
Les Contes de Big et Bang.

Ce dernier fait partie de la série Les Contes des 2 Comtés.
Corinne Fayet Charra disposera également en quelques exemplaires de l’ensemble des titres actuellement disponibles de ces histoires se déroulant dans le merveilleuse île des 2 Comtés.

Enfin, vous pourrez aussi acquérir (à prix réduit) les anthologies à frissonner Ghostwriters et Contes nippons au coin du feu,
ainsi que Le Sceptre de Râ, premier roman d’une trilogie écrite par Tino Moreira.

Ne manquez pas ce rendez-vous !

Et bien sûr, vous pouvez acquérir toutes les publications de Kelach
sur notre boutique :

Liker et partager
error

[Contes des 2 Comtés] Les Contes du Soleil Levant

L’univers des Contes des 2 Comtés s’enrichit d’un nouveau tome qui va vous conduire loin de l’île jumelle de ce monde. Vous allez découvrir un double de l’univers créé par Mestr Tom, mais sous inspiration nippone.

La princesse Chrysanthème est encore dans ses jeunes années. Elle va partir à la découverte de ces terres étrangères afin de retrouver des artefacts magiques pour retourner chez elle.

Elle y rencontrera des personnages dérivés de contes traditionnels, mais aussi une jeune femme qui a pour habitude de doubler des voix de dessins-animés, dont celle d’un héro bien connu… Aventures et dangers sont au rendez-vous.

Découvrez ici le début de ce que les lutins Mestr Tom, Romane Gobillot, Annick De Clerq sans oublier Régi pour la couverture, vous ont imaginé :

Et pour en savoir plus et acquérir les Contes du Soleil Levant, c’est sur notre site des Editions Kelach.

La série des Contes des 2 Comtés est un partenariat avec l’Académie de Minuit.

Liker et partager
error

Les Contes Hors-Série : Extrait.

Mest Tom, créateur de l’univers des Contes des 2 Comtés prend ici sa plume pour écrire plusieurs nouvelles piochant dans divers personnages de son monde que nous retrouvons au détour des autres romans de la série.

Si l’ensemble des neufs romans de cette série forme un tout cohérent dans lequel plusieurs personnages se retrouvent d’un livre à un autre, tout comme les autres les Contes Hors-Série peuvent se lire sans avoir lu les autres tomes.

Vous retrouverez bien sûr la princesse Chrysanthème, le Roi Conteur ou Sombre, mais aussi d’autres moins mis en avant dans les autres tomes comme la Fée Line, Ombre ou Ouf.

Voici le début de la première nouvelle de ces contes :

Et bien sûr, si cet extrait vous a séduit pour acquérir les Contes Hors-Série ou tout autre roman de cette série, rendez-vous sur le site des Editions Kelach.

Liker et partager
error

[Interview] Élodie Greffe

Autrice des Contes du Grand Chêne, Élodie Greffe se prête avec son sourire et sa jovialité habituelle à notre jeu de l’interview, afin de découvrir un peu plus son roman et sa personnalité.


Bonjour, Élodie.

« Bonjour ! »

Les Contes du Grand Chêne est ton premier roman. Avant celui-ci, t’étais-tu déjà essayée à l’écriture ?

Contes du Grand Chêne

« Depuis toute petite, je lis énormément, mais c’est au collège que j’ai attrapé le virus de l’écriture.
Étudier les structures, les différentes formes de narration, les figures de style, réfléchir à la pensée de l’auteur, à ce qu’il avait pu vouloir transmettre avec son œuvre, tout ça me fascinait, j’avais l’impression de découvrir un nouveau monde.
Mais c’est avec l’écriture d’invention que j’ai vraiment eu le déclic et commencé à écrire mes propres histoires. Ma professeure de français de 3ème m’a encouragée et donnée confiance en moi, et je n’ai plus arrêté, même si je n’osais pas forcément sortir mes écrits des tiroirs de mon bureau. »

Les Contes des 2 Comtés sont une idée de Mestr Tom. Comment s’est effectuée votre rencontre ?

« Il avait posté une annonce sur Facebook, il cherchait un auteur pour écrire l’un des Contes des 2 Comtés. Je lui ai envoyé un mail car j’avais plein de questions, puis j’ai tenté ma chance en lui envoyant un texte. Il m’a rappelée quelques jours plus tard, et c’était le début de l’aventure. »

Qu’est-ce qui t’a séduite dans son monde et t’a incité à devenir l’autrice du Grand Chêne ?

« Quand j’ai vu l’annonce, j’ai tout de suite été intriguée. J’ai été lire et écouter tout ce que je pouvais. J’ai trouvé l’univers dense, riche et plein de belles trouvailles. J’aimais l’idée de développer un univers vaste sur une longue période de temps, et de s’adresser aux enfants avec le but de leur faire découvrir et aimer la lecture.

Mestr Tom est quelqu’un de passionné et de passionnant. Quand il m’a raconté son univers au téléphone, j’ai été conquise et très heureuse de pouvoir y participer. »

Peux-tu nous parler brièvement de ton roman sans trop en divulgacher (spolier) ?

La Grande fée (illustration de Romane Gobillot)

« L’histoire se déroule dans le Royaume des Deux Comtés. Un monde où se côtoient des fées, des lutins, des sorcières, mais aussi des vampires et des loups-garous, entre autres.
Quand Big et Bang, à l’origine du monde, ont quitté le Royaume des Deux Comtés, le Professeur en a confié la gestion et l’administration aux deux femmes qui jusque-là s’étaient occupées des jumeaux : leur mère, qu’il nomme Grande Fée et à qui il confie le royaume des fins heureuses, et leur gouvernante, qui devient la Fée C en charge du Royaume des Cauchemars.
En théorie, ces deux fées doivent travailler ensemble et tout doit bien se passer, mais bien évidemment, les choses ne sont pas si simples et la situation finit par se compliquer. Heureusement les enfants, de ce monde et du nôtre, ne sont jamais loin, et toujours volontaires pour aider et partir à l’aventure. »

As-tu un personnage favori dans ton roman ? Lequel et pourquoi ?

« J’aime tous les personnages, mais j’ai une tendresse particulière pour Léloi. C’est une fée, elle est le bras droit de la Grande Fée. Elle paraît froide et autoritaire, mais c’est une carapace, c’est sa fonction qui lui impose ce comportement. En réalité, elle est très sensible, loyale et elle s’inquiète en permanence pour la Grande Fée à qui elle tient énormément. Sa position est vraiment difficile, mais essentielle. »

As-tu un regret ou un élément / personnage que tu aurais aimé développer plus ?

La fée C (illustration de Romane Gobillot)

« Ce n’est pas un regret, car ce n’était pas mon rôle, mais il est vrai que j’aurai bien aimé parler un peu plus de C.
C’est une fée aussi, il arrive des choses terribles en partie à cause de ses actions, mais ce n’est pas une « méchante ». C’est une grande force de ce monde d’ailleurs, il n’est pas manichéen, même si le monde est coupé en deux avec l’ombre d’un côté et la lumière de l’autre, personne n’y est tout blanc ou tout noir, ni la Grande Fée, ni C, et c’était important pour moi de le montrer. »

Cette première expérience d’écriture t’a-t-elle donné envie de poursuivre ? As-tu des projets personnels en ce sens ?

« Oui ! C’était une expérience fantastique à chaque étape. J’ai appris beaucoup de choses, rencontré des personnes fantastiques, j’espère que ce n’est que le début, j’ai très envie de continuer.

Pour ce qui est des projets, j’ai écrit quelques nouvelles en réponse à des appels à textes et il est prévu que je travaille à nouveau avec Mestr Tom pour la série Augustin Porte, où j’aurai la charge et la chance d’écrire un livre du point de vue de Suzanne, l’amie d’Augustin. J’ai vraiment hâte !

Enfin, j’ai quelques petites choses qui se mettent en place doucement dans les entrailles de mon ordinateur et à qui j’aimerai donner vie prochainement. »

Merci d’avoir pris le temps pour cet échange. Je te laisse le mot de la fin.

« Merci à toi ! Que dire ? J’espère vous avoir donné envie de traverser les barrières des mondes pour visiter le Royaume des deux Comtés et j’espère surtout que la balade vous plaira ! »

Retrouvez tout l’univers des Contes des 2 Comtés sur notre site : Editions Kelach.
Et le début des Contes du Grand Chêne en suivant ce lien : EXTRAIT.

Liker et partager
error

Les Contes de Chrysanthème : Extrait

Chrysanthème est la fille du Roi du Comté des fins heureuses et de Sombre, la Reine du Conté des Cauchemars. Si vous retrouverez ce personnage dans d’autres romans de la série des Contes des 2 Comtés dont les Contes Hors-série et ceux du Soleil Levant (à paraître tous deux d’ici fin août), ce tome comme tous ceux de cette série sont indépendants les uns des autres.

Ici nous allons voguer d’année en année d’une jeune Chrysanthème de 6 ans à une jeune femme de presque 18 ans en 7 histoires à 7 époques différentes de sa vie. Jeunes lecteurs et moins jeunes vous voguerez d’un royaume à l’autre à la découverte de merveilles et de dangers.
Un monde inventé par Mestr Tom et des histoires imaginées et écrites par la talentueuse Audrey Calviac.

Voici le début de ce roman :

Retrouvez Les Contes de Chrysanthème et tout l’univers des 2 comtés sur notre site : Editions Kelach

Liker et partager
error