PROMO FLASH Anniversaire

Clémence Teixeira-Leveleux est, jusqu’à présent, notre plus jeune autrice.
Contrairement à Lara, le personnage principal de sa nouvelle Tenna, elle n’a pas besoin de voler les souvenirs des autres, Clémence dispose d’un imaginaire riche et étonnant que vous retrouverez dans notre anthologie dystopique…

DEMAIN : NOS LIBERTÉS

Extrait :

(…)
— Pourquoi tu as décidé de faire ce job ?


Image furtive dans sa mémoire. Les rues crasseuses, le ciel opaque, les immeubles branlants, et la mort rampante qui faisait bouillir de larmes. La vie si grise, les visages tournés vers le sol, et le bonheur interdit aux Inférieurs.


— J’avais besoin de vivre des histoires plus belles que ma vie, de rendre au monde ses couleurs, répondit-elle en descendant du V-27X. Cible en visuel.


La cible, une femme plutôt jeune, au teint assez bronzé pour que Lara la supposât plus riche qu’une simple Savante, était étendue sur le sol. Lara s’accroupit et l’observa.


— Pourquoi on leur vole leurs souvenirs heureux, aux riches ? Pourquoi le Gouvernement ne nous dit rien de ce qu’ils font des souvenirs ?
— « Ce n’est pas du vol, juste un emprunt à très long terme », récita Dean. Écoute, Lara, depuis les désastres mondiaux que nos ancêtres ont connus, les disparitions d’animaux et les crises politiques, il fallait bien mettre la population au pas. Le Gouvernement des Suprêmes a dû contrôler les élans contestataires des Inférieurs et veiller à ce que les Supérieurs travaillent correctement. Tu imagines, ils avaient survécu aux catastrophes, mais ils ne cherchaient même pas à aller de l’avant ! À chercher sans fin le bonheur et regretter le passé… Il n’y a rien de plus contre-productif !
— Oui, je sais, et c’est pour ça que les pauvres n’ont pas le droit de posséder des émotions joyeuses et que nous devons réguler celles des riches. « Car c’est en se souvenant des jours heureux que l’on espère le meilleur. » J’ai appris mes cours comme toi, Dean, mais…
— Tu sais, chuchota Dean dans son micro, en tant qu’extractrice, tu as la chance de littéralement toucher le bonheur du bout des doigts.
(…)

Ce passage reflète assez bien l’esprit de l’anthologie « Demain : Nos Libertés » et de notre humanité face à des décisions arbitraires gouvernementales.

À l’occasion de l’anniversaire de Clémence et jusqu’au 2 août minuit, sur notre site, vous pouvez commander votre anthologie avec une réduction de 20 % et découvrir l’intégralité de sa nouvelle ainsi que 9 autres toutes aussi déroutantes.

LIEN

Liker et partager
error

PROMO FLASH Anniversaire

En ce 29 juillet, nous fêtons Agostinho Moreira auteur de la trilogie L’Ombre de Ravana, dont 2 tomes sont parus.

Vous y lirez l’affrontement entre l’archéologue retraité Franz Meyer et le démon Ravana.

Extrait – Tome 1 Chapitre II : Petit aperçu du démon…

(…)

La chose prit la forme d’un être doté de nombreux bras. Son visage hideux et son regard reflétaient la perversion qui l’habitait. Au niveau de sa mâchoire supérieure, deux énormes molaires recourbées vers le haut lui donnaient un air extrêmement menaçant. Sur son dos se trouvait une monstrueuse paire d’ailes noires membraneuses rappelant celles des chauves-souris. Ses pieds et ses mains étaient pourvus d’immenses griffes.
Une odeur de soufre emplit l’atmosphère lorsque l’être maléfique s’approcha de lui en le fixant. Wilhem n’en comprenait pas la raison, mais trouvait que cela le gênait fortement. Il voulut détourner les yeux, mais en fut incapable. Au même instant, une sorte de fourmillement naquit dans son cerveau comme si l’on essayait d’y inscrire des informations. Le démon saisit la tête de Wilhem avec ses énormes bras. Notre rêveur perçut un langage étrange pénétrer son esprit. Les mots semblaient flous et déformés comme si le signal était brouillé. L’entité se concentra et ses paroles se firent intelligibles.
« Mon nom est Ravana. Je t’ai choisi pour devenir mon disciple.
– Pourquoi moi ?
Si tu refuses, tu subiras des tourments tels que même le plus inventif des hommes ne pourrait les concevoir, poursuivit le démon avec un calme effrayant, sans tenir compte de la remarque de Wilhem.


(…)

Couverture de Michel Borderie

Extrait – Tome 2 Chapitre II : Mystère sous la capuche…

(…)
Quelque part dans l’Himalaya, un homme parcourait les étendues enneigées. Tout cela aurait pu sembler le plus normal du monde. De nombreux autochtones arpentaient sans arrêt cette montagne : du chasseur à la recherche de gibier au simple passant allant d’un village à l’autre pour diverses raisons. Toutefois, un détail attirait l’attention : l’inconnu arpentant ces cimes enneigées ne portait pour tout vêtement qu’une sorte d’aube violette pourvue d’une longue capuche qui cachait son visage et empêchait de le reconnaître. Malgré la légèreté de son habit, il semblait totalement insensible au froid intense et mordant qui régnait dans ce lieu isolé. Il paraissait doté d’une aura protectrice, invisible pour le commun des mortels. De plus, contrairement aux habitants de ces contrées hostiles, qui avaient l’habitude de marcher lentement pour préserver leurs forces, l’homme se déplaçait à grandes enjambées. On aurait dit qu’il avait rendez-vous quelque part et qu’il ne tenait pas à arriver en retard.
Pourtant, on ne trouvait ici ni village ni la moindre trace d’une habitation qui pût expliquer la raison d’un tel empressement. Dans sa hâte, il ne prenait même pas le temps d’admirer le magnifique paysage qui s’étendait à perte de vue. Le décor était magnifié par le soleil qui se couchait entre deux pics sur la gauche et faisait scintiller la neige.
Le mystérieux marcheur parcourut encore deux cents mètres, puis arriva face à une caverne taillée à même la paroi d’un haut sommet. En haut, l’à-pic était pourvu de petites ouvertures surmontées de deux barres rocheuses qui ressemblaient à d’immenses yeux au regard menaçant. À la base de l’escarpement se trouvait l’entrée de la grotte dont la forme faisait penser à une énorme gueule remplie de dents pointues, prête à engloutir quiconque oserait s’y hasarder. L’aspect franchement effrayant de l’endroit ne donnait pas envie de s’y aventurer. Pourtant, le voyageur y pénétra sans crainte, comme s’il s’agissait d’un lieu familier et rassurant.

(…)

Et pour fêter l’anniversaire de l’auteur…

économisez 40 %

sur le Tome 1 : Le Sceptre de Râ*
et

économisez 20 %

sur le Tome 2 : L’Anneau d’Odin

ATTENTION
la promotion se terminera à minuit le 31 juillet.
Découvrir

* Tome 1 – Première édition : une seconde édition doit paraître en fin d’année avec une nouvelle couverture.

Liker et partager
error