Les Contes Hors-Série : Extrait.

Mest Tom, créateur de l’univers des Contes des 2 Comtés prend ici sa plume pour écrire plusieurs nouvelles piochant dans divers personnages de son monde que nous retrouvons au détour des autres romans de la série.

Si l’ensemble des neufs romans de cette série forme un tout cohérent dans lequel plusieurs personnages se retrouvent d’un livre à un autre, tout comme les autres les Contes Hors-Série peuvent se lire sans avoir lu les autres tomes.

Vous retrouverez bien sûr la princesse Chrysanthème, le Roi Conteur ou Sombre, mais aussi d’autres moins mis en avant dans les autres tomes comme la Fée Line, Ombre ou Ouf.

Voici le début de la première nouvelle de ces contes :

Et bien sûr, si cet extrait vous a séduit pour acquérir les Contes Hors-Série ou tout autre roman de cette série, rendez-vous sur le site des Editions Kelach.

Derrière les murmures

Constant Vincent a imaginé 2 nouvelles pour l’Anthologie « Fantastique en pays de Chièvres ». Voici sa présentation de son second récit très éloigné de son premier et quin va vous conduire dans d’obscures recoins d’une léproserie.

Sur la route, près de la ville de Chièvres, se trouve une léproserie. Un lieu simple pour des gens simples, pieux et bons. Mais si votre regard se pose sur la chapelle, si vous trouvez la force d’en franchir le seuil et marchez jusqu’en son chœur, alors vous découvrirez un secret, fait de douleur et de tristesse, dont personne n’ose parler à voix haute.

Un secret, mais également un mensonge. Et quand vous l’aurez compris, il sera temps de vous demander : êtes-vous prêt à découvrir ce qui se cache derrière les murmures ? »

Une nouvelle à découvrir en entier dans l’Anthologie que vous trouverez sur le site des Editions Kelach.

Interview d’Elodie Greffe

Autrice des Contes du Grand Chêne, Elodie Greffe se prête avec son sourire et sa jovialité habituelle à notre jeu de l’interview afin de découvrir un peu plus son roman et sa personnalité.


Bonjour Elodie.

Bonjour !

Les Contes du Grand Chêne est ton premier roman. Avant celui-ci t’étais-tu déjà essayé à l’écriture ?

Contes du Grand Chêne

Depuis toute petite je lis énormément mais c’est au collège que j’ai attrapé le virus de l’écriture.
Étudier les structures, les différentes formes de narration, les figures de style, réfléchir à la pensée de l’auteur, à ce qu’il avait pu vouloir transmettre avec son œuvre, tout ça me fascinait, j’avais l’impression de découvrir un nouveau monde.
Mais c’est avec l’écriture d’invention que j’ai vraiment eu le déclic et commencé à écrire mes propres histoires. Ma professeure de français de 3ème m’a encouragée et donnée confiance en moi et je n’ai plus arrêté même si je n’osais pas forcément sortir mes écrits des tiroirs de mon bureau.

Les Contes des 2 Comtés sont une idée de Mestr Tom. Comment s’est effectuée votre rencontre ?

Il avait posté une annonce sur Facebook, il cherchait un auteur pour écrire l’un des recueils des Deux Comtés. Je lui ai envoyé un mail car j’avais plein de questions puis j’ai tenté ma chance en lui envoyant un texte. Il m’a rappelée quelques jours plus tard et c’était le début de l’aventure.

Qu’est-ce qui t’a séduite dans son monde et t’a incité à devenir l’autrice du Grand Chêne ?

Quand j’ai vu l’annonce j’ai tout de suite été intriguée. J’ai été lire et écouter tout ce que je pouvais. J’ai trouvé l’univers dense, riche et plein de belles trouvailles. J’aimais l’idée de développer un univers vaste sur une longue période de temps et de s’adresser aux enfants avec le but de leur faire découvrir et aimer la lecture.

Mestr Tom est quelqu’un de passionné et de passionnant, quand il m’a raconté son univers au téléphone j’ai été conquise et très heureuse de pouvoir y participer.

Peux-tu nous parler brièvement de ton roman sans trop en divulgacher (spolier) ?

La Grande fée (illustration de Romane Gobillot)

L’histoire se déroule dans le Royaume des deux Comtés. Un monde où se côtoient des fées, des lutins, des sorcières mais aussi des vampires et des loups-garous, entre autres.
Quand Big et Bang, à l’origine du monde, ont quitté le Royaume des Deux Comtés, le Professeur en a confié la gestion et l’administration aux deux femmes qui jusque-là s’étaient occupé des jumeaux ; leur mère, qu’il nomme Grande Fée et à qui il confie le royaume des fins heureuses et leur gouvernante qui devient la Fée C en charge de Royaume des Cauchemars.
En théorie ces deux fées doivent travailler ensemble et tout doit bien se passer mais bien évidemment les choses ne sont pas si simples et la situation finit par se compliquer. Heureusement les enfants, de ce monde et du nôtre, ne sont jamais loin et toujours volontaires pour aider et partir à l’aventure.

As-tu un personnage favori dans ton roman ? Lequel et pourquoi ?

J’aime tous les personnages mais j’ai une tendresse particulière pour Léloi. C’est une fée, elle est le bras droit de la Grande Fée. Elle paraît froide et autoritaire mais c’est une carapace, c’est sa fonction qui lui impose ce comportement. En réalité elle est très sensible, loyale et elle s’inquiète en permanence pour la Grande Fée à qui elle tient énormément. Sa position est vraiment difficile mais essentielle.

As-tu un regret ou un élément / personnage que tu aurais aimé développer plus ?

La fée C (illustration de Romane Gobillot)

Ce n’est pas un regret car ce n’était pas mon rôle mais il est vrai que j’aurai bien aimé parler un peu plus de C.
C’est une fée aussi, il arrive des choses terribles en partie à cause de ses actions mais ce n’est pas une « méchante ». C’est une grande force de ce monde d’ailleurs, il n’est pas manichéen, même si le monde est coupé en deux avec l’ombre d’un côté et la lumière de l’autre, personne n’y est tout blanc ou tout noir, ni la Grande Fée, ni C, c’était important pour moi de le montrer.

Cette première expérience d’écriture t’a-t-elle donné envie de poursuivre ? As-tu des projets personnels en ce sens ?

Oui ! C’était une expérience fantastique à chaque étape. J’ai appris beaucoup de choses, rencontré des personnes fantastiques, j’espère que ce n’est que le début, j’ai très envie de continuer.

Pour ce qui est des projets j’ai écrit quelques nouvelles en réponse à des appels à textes et il est prévu que je travaille à nouveau avec Mestr Tom pour la série Augustin Porte où j’aurai la charge et la chance d’écrire un livre du point de vue de Suzanne, l’amie d’Augustin, j’ai vraiment hâte !

Enfin j’ai quelques petites choses qui se mettent en place doucement dans les entrailles de mon ordinateur et à qui j’aimerai donner vie prochainement.

Merci d’avoir pris le temps pour cet échange. Je te laisse le mot de la fin.

Merci à toi ! Que dire ? J’espère vous avoir donné envie de traverser les barrières des mondes pour visiter le Royaume des deux Comtés et j’espère surtout que la balade vous plaira !

Retrouvez tout l’univers des Contes des 2 Comtés sur notre site : Editions Kelach.
Et un le début des Contes du Grand Chêne en suivant ce lien : EXTRAIT.

Dépôt-vente à l’Office du Tourisme de Chièvres

http://otchievres.wixsite.com/site-otc

Depuis quelques minutes (hé oui, les lutins peuvent dormir pendant des semaines et faire preuve d’une incroyable activité pendant un temps très court), l’Office du Tourisme de Chièvres tient à votre disposition les dernières sorties des artistes chiévrois.

« Fantastique en Pays de Chièvres » (Ed. Kelach)

En 2018-2019, un petit groupe d’amateurs de fantastiques de la région de Chièvres se réunissent à la Marcotte pour tenir un atelier d’Ecriture. Il en résulte aujourd’hui une anthologie de six récits fantastiques.

« Les Portes de l’Agartha » (Ed. Kelach)

1944, l’Allemagne a pratiquement perdu la guerre. Mais telle la bête de l’Apocalypse qui, bien que blessée à mort, refuse de mourir, elle place tous ses espoirs dans une sombre sorcellerie dont l’équipage d’un u-boot sera à la fois le victime et le complice.

« L’Âme de l’Assassin » (Ed. Stellamaris)

Le plus maladroit et le plus craintif des magiciens de Brocéliande voit sa vie basculer lorsqu’il découvre que le meilleur assassin du continent l’a placé en tête de ses prochaines victimes. Mais ses amis, guidés par le chevalier Eadrom Iontach, viennent à son secours et entreprennent un périlleux voyage pour le conduire chez le seul être assez puissant pour le protéger: le Magistère Nécros.

Dépôt-vente à l’Athéière

https://www.facebook.com/Atheiere/

L’Athéière, c’est un tout petit établissement à Ath, juste derrière l’église St Julien, ou il est possible de se restaurer et de faire une pause dans un cadre tout à fait relaxant.
Dans ce croisement improbable entre une librairie et un salon de thé, on peut également trouver quelques livres triés sur le volet. Les lutins de Kelach devaient donc y faire un saut…
Vous pouvez donc y trouver l’Anthologie « Fantastique en Pays de Chièvres », « Les Portes de l’Agartha », mais aussi quelques-un des derniers exemplaires de « l’Âme de l’Assassin » (Ed. Stellamaris) dont le prix a été réduit à 13 euros, pour le mettre au même niveau que celui de sa prochaine réédition chez Kelach.

D’autres lieux de dépôt à Ath et dans les alentours seront prochainement dévoilés.

L’Aigle et le Loup

Stéphane Triquoit nous présente ici sa nouvelle l’Aigle et le Loup qui nous ramène à l’époque romaine. Elle est publiée dans l’Anthologie Fantastique en Pays de Chièvres aux éditions Kelach.

Après avoir traqué et exécuté une druide gauloise, l’ancien général Tiberius Aquilius Bellius est frappée d’une effrayante malédiction, hanté par les esprits de l’Autre-Monde celtique.

Découvrez les premières pages de ce récit antique ci-dessous :

Et bien sûr à retrouver sur le site des Editions Kelach.

Les Contes de Chrysanthème : Extrait

Chrysanthème est la fille du Roi du Comté des fins heureuses et de Sombre, la Reine du Conté des Cauchemars. Si vous retrouverez ce personnage dans d’autres romans de la série des Contes des 2 Comtés dont les Contes Hors-série et ceux du Soleil Levant (à paraître tous deux d’ici fin août), ce tome comme tous ceux de cette série sont indépendants les uns des autres.

Ici nous allons voguer d’année en année d’une jeune Chrysanthème de 6 ans à une jeune femme de presque 18 ans en 7 histoires à 7 époques différentes de sa vie. Jeunes lecteurs et moins jeunes vous voguerez d’un royaume à l’autre à la découverte de merveilles et de dangers.
Un monde inventé par Mestr Tom et des histoires imaginées et écrites par la talentueuse Audrey Calviac.

Voici le début de ce roman :

Retrouvez Les Contes de Chrysanthème et tout l’univers des 2 comtés sur notre site : Editions Kelach

Mestr Tom en dédicace

A l’occasion des festivités entourant la fête celtique de Lugnasad (du Dieu Lug qui est entre autre « protecteur des arts) qui auront lieu le jeudi 1 août à Angoulême, le magasin Bar-Jeu Cup’n dice (22 rue Sainte Marie) accueillera Mestr Tom dès 15h00.

Rappelons que ce bon Mestr est le créateur de deux univers publiés par Kelach : celui de l’île des 2 Comtés et celui d’Orobolan.

Animations dès 15h avec des contes, mais aussi la présentation d’un prototype d’un jeu sur Mamayaga, sorcière des 2 Comtés et, bien sûr, Mestr Tom en dédicace (à 18h00).

Pour en savoir plus sur ce savoureux lieux de jeux : Cup’n dice

Interview de Mestr Tom

Bonjour Thomas. Peux-tu présenter brièvement tes activités passées et présentes ?

Les dieux d’Orobolan

Je crois qu’un journaliste m’a appelé le couteau suisse et que c’est le surnom qui me va le mien.
J’ai été directeur du festival Fan Fantasy pendant 4 ans, Rédacteur en chef du webjournal Fan 2 Fantasy, président de l’association du même nom. Je suis scénariste BD, Auteur-producteur de 6 sagas (Orobolan, Lux Quest, Le Royaume des deux comtés, Ardhaluin, Adhon Island et Augustin Porte), conteur, écrivain et en 2018 j’ai été maître du feu de camp de l’association L’ivre d’histoires.

Avant de parler plus en avant de toi et des tes œuvres, explorons un peu Kelach. Tout d’abord, si la décision du nom « Kelach » a été validé par les associés des Lutins, c’est toi qui a proposé ce nom. Que représente-t-il pour toi ?

C’est le nom de mon formateur en conte. Une personne que j’ai retrouvé au hasard du net et nous avons repris nos discussions comme si nous ne nous étions jamais quitté. C’est un homme qui a toujours gardé une grande imagination, un don pour les autres et un amour des beaux livres et de la lecture.

Parlons un peu de toi. Tu te dis bien plus un conteur qu’un auteur ? Pourquoi ? Quelle différence fais-tu entre les deux ?

Je discutais avec deux écrivains dernièrement et je leur ai proposé d’écrire des contes pour l’un de mes projets, ils m’ont tous les deux répondus ne pas pouvoir le faire. Le conte vient de l’oral, il a des codes différents du roman ou de la nouvelle. Par exemple nous évitons les flashbacks, le récit est linéaire. Je travaille souvent avec des écrivains pour passer du conte au roman justement.  

Lorsque que tu es conteur face à un public ou sur la chaîne You Tube du Roi Conteur. Le travail est-il le même ? En particulier sur l’improvisions, quelle est la part de celle-ci dans ta narration ?

Pour la saison 1 du roi conteur, j’ai voulu décrire la dernière nuit du roi conteur. Il sait qu’il va mourir au matin, il lui reste une nuit pour raconter ses dernières histoires et celle du royaume qui l’a accueilli. Les douze contes ont été filmés en une journée dans les conditions d’improvisations du direct devant un mini public. Je n’avais aucun texte.

Ceux qui te connaissent savent que tu as au moins une idée d’histoire par jour, même si tu ne peux pas toutes les concrétiser. En particulier, tu as signé deux mondes qui ont incorporés les éditions Kelach dans la section. Je parle d’Orobolan et les Contes des deux Comtés. Orobolan va fêter ses dix ans, avec la réédition prévue de l’ensemble de ses titres ainsi que trois inédits. Peux-tu nous parler de cette collection et de ses origines ?

Orobolan venait d’un pari personnel. Ecrire un livre qui viderait ma tête de plusieurs histoires qui traînaient dedans.  J’ai publié le premier d’abord à compte d’auteur puis il a été repris par un éditeur.
Des lecteurs m’ont demandé la suite et comme j’avais commencé à construire l’univers avant d’écrire alors je suis passé à un deuxième tome puis au fur et à mesure des demandes des lecteurs j’ai constitué  une série de livres. Il y a eu des abandons aussi, des idées qui ne menaient pas à des romans aboutis. Finalement dans sa version définitive ce sera 9 romans.

Peux-tu nous parler de la même façon des Contes des deux Comtés qui s’adressent à un public jeunesse et qui est en cours de développement ?

Le royaume des deux comtés est un univers que j’ai créé pour l’académie de Minuit (association L’ivre d’histoires). J’ai prévu une cinquantaine de contes sur 4 saisons et 9 recueils. J’ai travaillé également sur l’apparence de la collection afin d’obtenir un arc-en-ciel ajouté de 2 couleurs pour le début et la fin.

Pour la plupart des titres de ces deux collections, tu t’es associé à plusieurs auteurs pour écrire chaque tome dont la plupart peuvent se lire indépendamment les uns des autres. Tu leur as fourni un univers, un contexte et un synopsis à développer en surveillant que leur imaginaire respecte ton monde. Pourquoi ce choix de déléguer ? N’est-ce pas trop difficile de partager son bébé ?

Non même si c’est arrivé que certains points de l’histoire soient modifiés, on reste souvent conforme à l’idée de départ. Ecrire avec des co-auteurs c’est pouvoir offrir aux lecteurs ce que l’on ne peut pas lui offrir seul. C’est aussi avoir un premier retour constructif sur ses écrits et son univers. Je choisis mes co-auteurs pour ce qu’ils peuvent apporter à l’histoire. Je ne confirais pas le peuple dragon à un écrivain spécialiste des vampires par exemple (et inversement).

J’ai pu noter plusieurs thèmes récurrents dans tes écrits dont celui de l’enfance et particulièrement la maltraitance sous quelque forme que cela soit. Peux-tu évoquer ton sentiment à ce sujet qui devrait tous nous interpeller ?

Ce n’est pas le thème le plus récurrent dans mes écrits. J’aime donner de la valeur à mes personnages et un personnage ne nait pas méchant, il le devient. La cause peut être de la maltraitance physique, psychologique ou du harcèlement scolaire. Quelques soient l’histoire les personnages sont aux centres. Augustin Porte est adopté mais qui est son père, celui qui l’a élevé ou celui qui lui a donné la vie. Dans Orobolan deux personnages sont intéressants Nekheb et Mogdolan deux filles qui ont eu des mères qui n’en portent que le nom. Nekheb est devenue maléfique alors que Mogdolan va représenter l’espoir pour les égarés. Un passé similaire mais deux destins différents.

Tu apprécies particulièrement les mythes, légendes et faits celtiques. Pourquoi ? Qu’est-ce qui t’attire ou t’inspire dans cette culture ?

Le fait qu’elle soit proche de la nature et cette façon qu’on eut les celtes de se mélanger aux autres cultures sans chercher à imposés la leur.

Pour terminer ce cours entretien, as-tu de futurs projets ? Peux-tu nous en parler ?

Finir les deux sagas Orobolan et le royaume des deux comtés. Puis je vais partir sur deux registres très différents avec Andhon Island et Ardhaluin le pieu qui sont deux univers fantastiques pour adulte.

Je te remercie pour tes réponses Thomas.
A bientôt.

Retrouvez Mest Tom et ses mondes et récits sur le site des Editions Kelach.

Le Fils du Forgeron

Publiée dans l’Anthologie « Fantastique en Pays de Chièvres », le Fils du Forgeron a été écrite par Eglantine Gossuin (nom prédestinée à être dans la collection Nouvelles Graines).
Voici ce que cette autrice de talent peut nous dire pour présenter son récit :

Chiraz grandit dans un monde où le contact avec les hommes et le petit peuple est rompu depuis des siècles. Par une nuit de pleine lune, il est marqué du signe des gardiens de la forêt et doit apprendre à maîtriser la magie et les arts du combat.

Persuadé que Chiraz connaît la position du trésor légendaire des Nains, le Seigneur Dagnir le fait emprisonner et menace d’anéantir sa famille.
Chiraz parviendra-t-il à sauver les siens ? Suivez-le et découvrez la véritable histoire du gardien de Cervia.

Découvrez ci-dessous le début de sa nouvelle :

Une Anthologie à retrouver et à commander sur le site des Editions Kelach.